"Mon Étoile" par Elham Rupert


Dans « Mon Étoile », des personnalités du sport vont prendre la plume. 

Découvrez Elham, femme du regretté basketteur de l’équipe de France Thierry Rupert et maman de deux jeunes athlètes de haut niveau : Iliana et Rayan.

Elle écrit son histoire et raconte « son étoile ».

« Thierry et moi nous sommes connus adolescents au bord d’un terrain de basket à POISSY en 1994.

Je l’ai vu grandir, évoluer et mûrir en tant que joueur et en tant qu’homme, toujours à ses côtés dans l’ombre.

Nous avons traversé la France au gré des clubs dans lesquels Thierry jouait (Antibes, Limoges, Paris, Strasbourg, Pau, Chalon, Le Mans, Rouen, Dijon).

Nous avons tout partagé ensemble (les titres, les victoires, les défaites, les blessures, l’équipe de France…)

Nous nous sommes mariés, avons eu 2 beaux enfants, et rêvions de vieillir ensemble…nous nous aimions depuis près de 20 ans et menions une vie simple au rythme du basket professionnel.

Et puis, il y a des coups de fil qui bouleversent votre vie à jamais.

Mardi 15 mai 2012, le téléphone sonne, j’entends « entrainement, malaise, cœur, hôpital… » tout se bouscule dans ma tête.

Le temps fût suspendu pendant 9 longs mois.

7 mois de coma, de détresse, de doutes, d’espoir et de désespoir.

Des mois pendant lesquels j’ai vu mes enfants, encore si jeunes et si innocents, continuer à mener un semblant de vie normale, et rendre visite à leur père chaque lundi, avec un tel courage et une telle détermination, qu’il m’était impossible de ne pas me battre et de ne pas y croire. Ils ont été ma force à chaque instant.

Dimanche 10 février 2013, le téléphone sonne, et avant même de décrocher, je sens au plus profond de moi que les nouvelles sont mauvaises. Lorsque les médecins m’annoncent qu’il faut venir, que ça va être la fin, je suis anéantie et je pense avant tout à mes enfants, à cette douleur qui va les envahir et à mon impuissance.

Iliana 11 ans et demi, comprend que le pire est arrivé, lorsqu’en plein match Minimes France, elle voit subitement l’émotion submerger les spectateurs présents dans les gradins. Avec une force que je ne m’explique toujours pas aujourd’hui, elle a continué à jouer jusqu’à l’issue victorieuse de la rencontre, sans rien laisser paraître.

Rayan 8 ans et demi, décide de venir parler à son papa, seul, une dernière fois, « comme un homme », me dit-il.

Le courage dont mes enfants font preuve ce jour-là me laisse encore sans voix. 

Il y aura un avant et un après 10 février 2013…

Le week-end suivant, à la demande des instances fédérales, des hommages sont rendus pour Thierry dans toutes les salles de basket de France.

Lorsque je franchis la porte d’un gymnase dans l’agglomération du Mans pour voir jouer mon fils, il règne un silence absolu, et je découvre les 2 équipes rassemblées au milieu du terrain les mains dans le dos. Là, je réalise que mon petit bonhomme, debout face au public, avec dignité, la tête haute, est en train de respecter 1 minute de silence…pour son papa.

Cette scène surréaliste m’aura profondément marquée.

Je compris très vite que le basket allait prendre une autre dimension dans nos vies.

Au fil des mois, ce qui n’était qu’un loisir, est devenu une bouée, un exutoire, un sport, une passion, un plan de carrière, un OBJECTIF aussi bien pour Iliana que pour Rayan.

La perte de leur papa a fait naître en eux cette rage de réussir. Trois ans séparent mes bébés, mais leur ambition est identique.

Je ne peux pas combler le vide laissé par l’absence de leur père, mais avec tout mon amour de maman, je continue de leur apporter les bases nécessaires pour se reconstruire et se construire. Je mets toute mon énergie à les guider, et les soutenir dans leurs projets et leurs désirs respectifs d’atteindre le très haut niveau (Insep, équipes de France, Jeep Elite, NBA, LFB, Euroleague, WNBA).

Ces épreuves de la vie n’ont fait que renforcer les liens déjà très forts qui nous unissaient. Tous les 3, nous sommes devenus fusionnels, nous formons une équipe, un bloc, un trio, pour qui je me dois d’être dévouée et forte dans l’unique but de les aider à réaliser leurs rêves communs et individuels.

Alors, quand les enfants sont repérés chacun leur tour, pour intégrer avec un an d’avance, le Pôle des Pays de la Loire puis l’INSEP, et qu’ils ont manifesté la volonté de partir, mon côté maman protectrice aurait voulu garder ses bébés avec elle, mais leur bien-être et leur épanouissement ont toujours été ma priorité.

Je ne leur ai jamais dévoilé ni la tristesse ni le déchirement que cela a été pour moi de les voir quitter la maison à 13 et 12 ans.

Ils ont été habités très jeunes par cette volonté de réussir et loin de moi l’idée de les en empêcher.

Je savais que pour atteindre un jour leurs objectifs élevés, ces étapes étaient impératives.

Puisque devenir basketteur professionnel était un choix, ma mission était de les accompagner.

Pour être pleinement investis, et pour consentir à tous les efforts nécessaires, ils devaient et doivent rester focus, ne penser qu’à eux et ne pas s’inquiéter pour moi.

Alors j’ai été là, présente dans les tribunes (et encore aujourd’hui), à chaque sélection, chaque match, chaque compétition nationale ou internationale. J’ai parcouru des milliers de kilomètres, déambulé dans des dizaines d’aéroports et découvert des centaines de salles.

Je les ai encouragés, applaudis, consolés, enlacés, félicités, réconfortés. Je leur ai inculqué la volonté, le courage, l’engagement, le travail, et surtout de ne jamais négliger l’école de peur que tout s’arrête brutalement.

Dotés tous les 2 d’un gros mental et d’une maturité hors normes, certainement liés à notre vécu, je me dois de les pousser vers le haut.

Comme je dis toujours, les entraineurs gèrent le corps, moi je gère la tête.

Si le nom RUPERT a résonné pendant près de 2 décennies dans le basket hexagonal, j’ai toujours répété à mes enfants qu’ils devaient écrire leur propre histoire, se faire un prénom, que le talent et le potentiel ne suffisaient pas.

Atteindre l’élite demande beaucoup d’efforts, d’investissement, de sacrifices, et surtout énormément de travail physique et mental ; mais pour ceux qui y arrivent, le sport de haut niveau procure des émotions intenses et uniques.

Mes devises :

« Pour être plus fort que les autres, il faut en faire plus que les autres »

                         « Toujours plus loin, toujours plus haut »

Iliana a vécu sa première expérience tricolore à 14 ans, et très vite, porter le maillot Bleu est devenu un objectif.

Après avoir été médaillée de bronze à l’Euro U16, championne d’Europe et MVP U16, vice-championne du monde U17, à 17 ans, elle remporte une médaille d’argent à l’Euro avec l’équipe de France A et une qualification pour les JO de Tokyo.

Aujourd’hui, Iliana a 18 ans et achève sa deuxième année professionnelle avec Bourges, le plus grand club français féminin. Nommée meilleure jeune joueuse d’Euroleague cette saison, elle est récompensée du travail acharné qu’elle produit depuis son arrivée chez les Tangos.

Rayan a 15 ans. Après 2 ans passé au Pôle de Nantes, il a intégré l’Insep avec un an d’avance. Il y achève sa deuxième année et évolue dans le championnat NM1.

Après 2 étés sous le maillot de l’équipe de France U15, cette année était l’année du championnat d’Europe U16, récemment annulé pour cause de pandémie.

Il a pour ambition d’intégrer un club professionnel à l’issue de sa formation fédérale, pour un jour rejoindre la NBA.

Depuis leurs débuts, les enfants portent fièrement le numéro 12 en hommage à leur papa, et lorsque je les vois franchir les étapes les unes après les autres, avec une telle détermination, une telle ambition, et une telle envie, je ne peux qu’être fière et admirative du chemin parcouru.

Ils m’entendent souvent dire que rien n’est acquis, que malgré tous les efforts fournis, personne ne peut leur garantir qu’ils atteindront leurs objectifs.

Mais je leur répète aussi sans relâche qu’ils doivent tout faire pour y arriver pour ne nourrir aucun regret, et que c’est par eux que tout commence.

Alors j’essaie au quotidien de leur transmettre les valeurs qui étaient chères à Thierry et moi : courage, respect, abnégation, humilité, travail.

Notre histoire est devenue notre force, et voilà notre revanche sur la vie aussi longtemps que brillera mon étoile. »

Elham RUPERT, Femme, Mère, Basketteuse, Épouse de basketteur, Maman de basketteurs #12

23 réflexions sur “« Mon Étoile » par Elham Rupert”

  1. Je suis sans voix,
    Votre voie est tragique,
    Mais dans la tragédie noir,
    Une lumière de 2 enfants magique.

    Que Dieu puisse les faire réussir et vous comptez des bienfaits ! J ai connu Thierry, je devais lui proposer des clubs au Maroc, car le Maghreb représenter par sa femme l enthousiasmant à un point que son visage revient, c était à la gare Montparnasse, il avait cette lumière au visage,

    Des meilleurs qui partent en premier, un sourire angélique et une sympathie mélodique,

    Je vous souhaite à vous et votre famille, tout le bonheur du Monde après ce malheur qui est Une épreuve pour vous 3…

    Mais vous serez toujours 4 dans vos coeur, Car un Mec comme ça, Allah lui offrira le paradis, la il doit vous suivre d une place que vous ne verrez jamais mais que vous sentirez toujours

    Très Cordialement

  2. Ma chère Elham,

    Te lire m’a boulversé…. mais tu le sais.
    L’amour est puissant et douloureux à la fois.
    Thierry est fière et il est avec vous et le serra toujours.
    Il vit dans vos cœurs, esprits et âmes.
    Et de tout ceux qui ont eux la chance de croiser sa route.
    Je t’embrasse bien fort
    Et suis heureuse de voir et suivre l’épanouissement de tes deux bébés (qui le seront toujours 😇).
    À très bientôt
    Anissa

  3. C’est très beau, Elham.
    Ta force et ton courage ont rejailli sur Iliana et Rayan. Thierry doit être très fier de sa famille.
    Je vous embrasse tous les trois.
    Régine

  4. Ricordeau Tiffany

    Elham,

    Que de sentiments, d émotions à la lecture de ce récit qui est le votre… je suis toujours autant boulversée par votre histoire … ta force et ton courage force au respect …
    je suis tellement fière d avoir croisé ton chemin un jour, d avoir foulé le parquet avec iliana…. tu as et tu le sais des enfants merveilleux… différents… ils ont comme quelque chose de singulier, d unique … j ai beaucoup d admiration pour ta famille …
    Je pense fort à vous et merci pour ce moment d émotion en cette période de confinement.
    À bientôt ❤️

  5. Chère Elham
    Quel beau parcours malgré les épreuves vous ne vous en sortez que plus forts, vous incarnez tous les trois le courage, la persévérance, l’envie de réussir tout en restant humbles.
    Que Allah vous garde sous sa coupe le meilleur reste à venir Incha Allah.

  6. Bravo …
    Mon coeur a chaviré en lisant ce texte qui sort du fond du coeur, de tes trippes , de ton âme …
    Ca fait réfléchir… et ca encourage à se battre malgré les douleurs.
    Que Dieu vous protège et vous laisse toujours FORT EN FAMILLE !!!

  7. Lagrrigue Christine

    Les épreuves ont été dures mais une fois de plus la vie prend le dessus et votre témoignage montre que vous trois avez pu croire en votre avenir avec une force mentale indéniable. Que l’avenir continue d’être aussi prometteur pour vos deux enfants même si ils seront peut être loin de vous à construire leur carrière. Un témoignage qui permet de dire que rien ne s’arrête même si l’adversité parfois rend la vie difficile, elle nous donne des moments inoubliables.
    très cordialement

  8. Elham,
    Ton histoire est bouleversante, triste mais tellement belle aussi… je souhaite à tes enfants de réussir.
    Bonne route à Iliana et rdv bientôt à toi et Rayan sur les parquets de l’ Insep.
    😘

  9. Bouleversante Elham, vraiment.
    A la lecture de ton récit, la peine laisse rapidement place à l’admiration.
    « Courage, respect, abnégation, humilité, travail », tout est dit. J’ajouterais « loyauté » te concernant ❤️
    Je sais que tu n’aimes pas qu’on souligne ton courage (je prends ce risque) mais en plus d’être une guerrière tu es une femme magnifique et une maman exceptionnelle. Beaucoup d’admiration pour ton investissement. Iliana et Rayan ne sont que le reflet de l’amour éternel de deux belles personnes.
    Pour le reste, tu sais déjà tout ❤️
    Longue vie à vous 3 et encore plein de réussite.
    Thierry, paix à son âme 🙏 #12
    Ps : belle plume 😉
    Fatiha K

  10. Elham tu es une merveilleuse maman et une très belle femme avec des enfants merveilleux et tout ça grâce a ta force et ton Amour❤️
    Thierry doit être fier et toi aussi de votre parcours et de votre courage.
    Bisous😘

  11. je suis sortie de ce texte pantoise, bouleversée par le coup du sort et par la force de caractère dont vous avez fais preuve.
    Etre une maman c’est être une lionne pour ces petits et vous en faites la preuve éclatante tout au long de votre parcours
    que dieu vous garde et vous protège

  12. Quelle fierté, bravo à vous trois.
    Le nom Rupert continuera de raisonner ainsi que vos quatres prénoms.
    Une belle émotion.
    Très cordialement.
    Frédéric L’ETANG, un amateur de basket.

  13. Une boule à la gorge tellement le récit est si bien écrit ! Ce n’est qu’un début d’histoire au vu des parcours prometteurs des enfants ! 💪🏻

  14. Sophie Passave Rodriguez

    Elham, te lire m’a bouleversée!
    Toutes cette émotion transpire à travers ton récit si bien écrit…tes mots sont puissants, ce parcours unique, unis et fort, je suis admirative.
    Bravo d’avoir eu la force une fois de plus de revenir en arrière pour nous partager votre vie.
    L’histoire n’est pas finie, j’espère donc qu’un jour on pourra lire la suite qui j’en suis certaine sera magique.
    Tu es une Lionne, et tes enfants sont incroyables !
    Bisous ma belle!

  15. Jean-Jacques BOITEZ

    Toujours en tête cette saison passée avec Thierry, dans les tribunes de Montbauron ou d’ailleurs, à vous regarder jouer, toi et Isabel, chaque dimanche… De moments simples finalement, mais si grands… Le Partage en valeur première et rayonnante…

  16. Sylvie TCHAPMI

    Ma chère Elham, que dire face à tant de souffrance et d’amour ? J’en ai le cœur serré. A vous trois, vous incarné le courage, l’abnégation et la fierté. Je vous souhaite de connaître des moments de joie et de réussite pour les enfants. Ils sont bien entourés et nul doute qu’ils y arriveront. Bien des choses à vous trois.
    Sylvie (Brice)

  17. C’est avec beaucoup d’émotion et une énergie très positive que j’achève la lecture de ton texte.
    Toute femme et mère ne peut que saluer ce courage et cette force.

  18. Thierry est très fier de vous 3 de la haut …
    toi aussi tu es une grande championne ! Superbe texte.
    #poissyfamily #12 #rups4ever

  19. Olivier RETIF

    Beaucoup d’émotion et beaucoup d’admiration pour votre histoire familiale, pour votre histoire de femme, de maman.
    Quelle belle leçon de Vie nous partagez…
    Je comprends pleinement l’amitié profonde de mes parents, vos voisins, pour votre famille…
    Je vous souhaite le meilleur !

  20. Elham,
    Quelle joie de te lire…
    Tes mots sont beaux !
    Bravo à toi. C’est magnifique
    En te lisant je te revoyais, je revoyais Rayan et Iliana… Nous n’avons pas pu nous connaître davantage mais je ne vous oublie pas.
    Je vous souhaite à tous les 3 tout le bonheur du monde ! Soyez heureux. Vive le 🏀
    Bisous
    Maryline ( maman d’un fou de basket Arthur 😉)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

quinze − sept =

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

N'hésitez pas à nous contacter pour vos projets et événements !

© 2020 - Tous droits réservés.